(500) Days of Summer

Publié le par Wintermute

J'ai commencé pas plus tard qu'avant-hier soir une critique de 5 cm per second. Je l'ai vu il y a quelques semaines, mais au moment où j'entrais dans le vif du sujet, j'ai réalisé que ma mémoire de poisson rouge n'avait pas suivi. Dès que je le revois, je poste un article dans la foulée, promis.

 

En attendant, après quasiment deux mois d'inactivité, je me relance! Mois de juin chargé, juillet également, je ne peux pas nier ne pas profiter de mes vacances. J'ai bien essayé d'écrire quelques articles, mais l'inspiration n'était visiblement pas là. A chaque fois que j'en entamais un, je ne le finissais pas.

http://gealion.net/jice/wp-content/uploads/2010/07/poster_500days_final.jpg

Aujourd'hui, j'ai envie de parler de (500) Days of Summer, dont le dvd est sorti du lecteur une fois de plus, pas plsu tard qu'hier soir.

La première fois que j'ai vu ce film, c'était au ciné. Un mardi après-midi, après un somnolent TD de génétique si mes souvenirs sont bons, UGC Gobelins (ça j'en suis sûr). Le film en était à sa cinquième semaine en salle, et dans la mesure où les sorties se font le mercredi, que le film n'est pas vraiment un blockbuster, c'était sans doute le dernier jour.

C'est marrant la mémoire. Parce que mes acides aminés, j'ai beau les réapprendre régulièrement, ça ne reste pas vraiment (restent l'alanine et la glycine, les plus simples à retenir).

Ma première séance solo également, deux autres personnes dans la salle. Le pied, trois dans une salle, pas un bruit.

 

La bande-annonce m'avait déjà bien tenté. Ceci dit, je ne l'ai pas trouvée très représentative du contenu. Comme bien des BA d'ailleurs: depuis peu, je m'en méfie comme de la peste.

Entraînante, une musique qui pète bien, la promesse d'une belle histoire entre nos deux protagonistes malgré quelques creux, de l'humour...

On trouve bien un peu de tout ça dans le film, mais l'ensemble n'est pas si conventionnel.

 

 

Tom bosse dans une boîte de carte de voeux. Lorsqu'il y rencontre Summer, la nouvelle secrétaire de son patron, il tombe immédiatement sous son charme. Mais Summer n'éprouve pas les mêmes sentiments, et ne partage absolument pas sa vision de l'amour... Le film retrace leur histoire, de la rencontre à la séparation.

 


Non ne prenez pas peur, je vous jure que le film est bien meilleur que mon paragraphe en italique. 

Et la bande son est vraiment sympathique, collant bien aux événement (en plus, la musique des Smiths joue un rôle, un rôle de sujet de conversation dans un ascenseur certes, mais c'est déjà ça).

 

http://i2.listal.com/image/896253/600full-500-days-of-summer-screenshot.jpg

 

Attention, ça va spoiler!


(500) Days of Summer est un fim sur l'amour qui, je trouve, sonne vrai. D'ailleurs, d'entrée, nous sommes prévenus par la voix Off "this is not a love story".

En fait, c'est plus une histoire qu'un conte, celle d'une rencontre, d'une rupture, d'une reconstruction.

Personnellement, c'est le film traitant de cet éternel sujet qui me parle le plus.

Ici, on oublie les miracles hollywoodiens, le coup de foudre animal visant à favoriser la survie de l'espèce (si si, des études ont été faites), le happy end convenu.

 

Tom est un romantique qui pense que sa vie deviendra intéressante quand il aura trouvée l'âme soeur. D'ailleurs, il est persuadé que cette dernière est Summer. Manque de pot, Summer pense que l'amour n'est qu'un fantasme, quant à la perspective de se mettre en couple, très peu pour elle.

S'ils finiront ensemble, ça n'aura pas été prévisible pour Tom, et la séparation viendra rapidement.

Car Summer ne fait que ce qui lui plaît, derrière sa bonne humeur et son sourire, elle est involontairement assez cruelle...

 

Le traitement du film est original, je continue d'ailleurs  d'être enchanté par les transitions entre les différentes journées. Car oui, le réalisateur nous présente plusieurs moments des 500 jours de leur histoire. C'est bien foutu, les jours heureux se mêlent à ceux succédant à la rupture, les situations se superposent. Avant chaque scène, le jour en question nous est présenté sur une planche dessinée où figure un arbre : feuillage et temps nous indiquent l'état de la relation à ce moment là (en gros, fait beau quand ça va , fait pas beau quand ça va pas... un rapport avec l'été peut-être :p?).

 

http://ocmusicmagazine.com/wp-content/uploads/2010/04/31-1024x427.jpg

 

(500) Days of Summer fourmille d'idées originales pour traiter certaines scènes.

Par exemple, lorsque Summer invite Tom à une fête qu'elle organise, l'écran est coupé en deux. Sur la gauche, la soirée telle que Tom se l'imaginait, sur la droite, ce qu'elle est vraiment. C'est génial et très efficace, le message passe bien mieux qu'une discussion où le pauvre Tom aurait exposé ses espoirs à ses deux amis.

 

Ici, la scène en question : attention, ça révèle un fait important! (click!)

 

Quiconque a connu de tels sentiments ne peut que compatir avec l'amoureux transi devant certaines situations... Exemple :

 

"Ecoute, je ne veux pas quelque chose de trop sérieux... Ca t'ira? Certains prennent peur quand je leur dit ça.

- Nan, pas moi, ça ne me fait pas peur".

 

Mais quelle horreur. On sait que ça lui fout boules, et en même temps, on sait que répondre ce qu'il pense lui est impossible...

Et des moments de ce genre, il y en a d'autres, Tom voit doucement Summer s'éloigner de lui, sans pouvoir rien faire.

Pourtant, ne l'avait-elle pas prévenu?

 

 

Le film est aussi assez amusant par moments, notamment grâce aux deux amis de Tom, là pour l'aider, le secouer, le taquiner tandis qu'il tente de séduire Summer (on est loin des situations extravagantes qu'affectionnent tant bon nombre de cinéastes, et il s'agit plus de scènes qui font sourire par leur joie que rire).

Le film est généralement considéré comme une "comédie romantique".

Je ne suis personnellement pas convaincu, mais étant un bordélique né, je ne pense pas trop avoir mon mot à dire.

 

Et surtout, il ne nous laisse rien présager quant à sa fin. Et ça, c'est un autre très bon point pour une "comédie romantique", qui pourtant, n'a rien d'amusant quant à l'histoire qu'elle retrace.

 

Bref, à voir!

 

EDIT post-publication : outch, dure la reprise, des tournures de phrase atroces et des fautes, j'espère ne pas en avoir laissé d'autres...

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article