Abenobashi Magical Shopping Street

Publié le par Wintermute

Habituellement, j'ai me bien voir une deuxième fois une série ou un film avant de poster à son sujet.

Au cas où j'aurais manqué un truc, pour avoir une meilleure perception de l'ensemble de l'oeuvre, et aussi parce que j'ai un peu une mémoire de poisson rouge.

 

Hier soir, j'ai regardé les deux derniers épisodes d'Abenobashi.

Et je vais m'apprêter à écrire un article à son sujet sans avoir pris le temps de revoir cette série une deuxième fois.

Alors oui, c'est un peu contradictoire avec ce que je disais au-dessus.

Si je ne le fais pas, c'est par manque de temps, j'ai un rude emploi du temps ce semestre.

Donc la série est loin d'être mauvaise, bien au contraire, je l'aurais bien regardé une deuxième fois avec plaisir, mais à raison de 3/4 épisodes par semaine, le blog serait un peu mort (déjà qu'il ne pète pas la forme!).

 

 

C'est cet été que j'ai dû regarder le premier épisode d'Abenobashi. Le premier ne m'avait pas emballé des masses, mais en ayant lu des bonnes critiques, j'ai regardé le second. Là idem, j'ai trouvé rien de bien sensationnel, mais c'était un peu mieux. Puis le temps a passé, je suis passé sur Samurai Champloo (que je n'ai pas fini, honte sur moi, j'ai adoré et il ne me reste que deux épisodes!)

En plus dans le titre, il y a "magical", et c'est un des quelques mots qui me fait fuire (dans mon esprit, ça n'augure rien de bon, mais je suis un peu tordu comme garçon).

Récemment, je me suis procuré le coffret d'Abenobashi donc (ne cherchez pas à comprendre, il n'y a absolument aucune logique entre l'impression que m'avaient laissée les deux premiers épisodes et l'achat de l'intégrale, j'en suis bien conscient). Je remercie donc le Dieu de la japanimation pour le miracle dont j'ai bénéficié.

Logiquement, j'ai regardé les dvds.

Avant de continuer, voyons de quoi ça parle...

 

Sasshi et Arumi, écoliers et amis, traînent leur guêtres dans le quartier marchand d'Abenobashi.

Le père d'Arumi, qui fait de la cuisine française, tient avec son père (Papy Masa) le Grill Pélican.

Arumi apprend à Sasshi qu'elle et sa famille vont déménager.

En parallèle, un beau jour, papy Masa grimpe sur le toit du Grill Pélican pour chasser un chat qui dort sur l'emblème du restaurant, à savoir une satute de .... pélican. Manque de pot, le toit est en travaux, le tout est branlant, papy chute et le pélican s'explose sur le trottoir en contrebas, d'où Sasshi et Arumi assistent impuissants à la scène.

 

C'est le point de départ de leurs aventures : Arumi et Sasshi vont se retrouver dans des univers parallèles à thèmes complètements déjantés, où tous les habitants du quartier sont présents...

 

J'ai repris la série à zéro. Et lors du deuxième épisode (ambiance heroic-fantasy), déclic lorsque qu'Arumi demande à Sasshi pourquoi est-ce qu'il la suit au lieu de marcher à côté d'elle... Réponse : parce que c'est comme ça dans les jeux. Sbaf, connexion neuronales faites (la reprise des cours a dû aider), les innombrables heures passées sur des Final Fantasy me reviennent, et je suis de plus en plus intrigué par la série.

 

Le troisième épisode (ambiance SF), lui, fut la révélation. J'y ai vu un nombre incalculable de références : Dragon Ball, Evangelion, Star Wars, Albator, Power Rangers (ou équivalent), et j'ai dû en oublier ou en rater...

Alors je ne sais pas si c'est parce que j'ai compris plein de références ou parce que l'épisode était beaucoup plus barré que le précédent, mais j'ai également beaucoup ri : dès lors j'avais complètement accroché!

 

http://www.anime-fanservice.org/coppermine/albums/M_galleries/Magical_Shopping_Arcade_Abenobashi/MSA_Abenobashi1-27.jpg

La fin de ce fameux et fabuleux troisième épisode : combien de références voyez-vous?

 

Chaque épisode a un thème différent, renouvelant sans cesse l'intérêt de la série, et surprenant énormément parfois même (parce que passer de thèmes aventure/combat aux histoires de coeur sauce Shôjo (et non pas soja hohohoho! *pardon*), ca fait un choc, et c'est délicieux!).

Il y a beaucoup d'humour, je me suis personnellement beaucoup amusé! Bref, une très bonne surprise!

 

Au niveau des personnages, c'est vraiment sympa, chacun d'eux ayant son propre tempérament, sans pour autant virer à la grosse caricature lourdingue. Bon, Sasshi reste l'otaku de base un peu crétin et obsédé  qui se fait toujours latter par Arumi, mais ça reste amusant et ce n'est qu'un détail.

Les personnages secondaires, très présents, sont très attachants et comiques, bref, bien loin d'être plats (surtout Mune-Mune O_O) et occupant une place très importante dans les épisodes.

Il y a "Papain", le père d'Arumi, japonais amoureux de la France dont la manière de parler est un délice; Aki Nee-Chan le transexuel du quartier qui apparaît toujours à son avantage dans les mondes parallèles; la soeur tyrannique de Sasshi; Mune-Mune, une belle jeune femme qui ne réside quant à elle que dans les mondes parallèles, et dont la plantureuse poitrine est à l'origine de bien des situations comiques (et du fan-service)... Sans oublier le maître du Ying-Yang qui semble être bien au courant de la situation...

Je ne vais pas tous les citer, mais vraiment, on a une belle bande d'allumés!

 

 

http://media.animegalleries.net/albums/Abenobashi/MuneMune/Abeno_mune0028.jpg?=123

Mune-Mune est à la recherche de cet homme tout au long de la série... Ne l'auriez-vous pas vu?

 

Au niveau de la réalisation, j'ai parfois été un peu dérangé par le changement du type de dessins, de couleurs... Je suppose que ce n'est pas la même équipe qui était derrière tous les épisodes. Par exemple, 12ème et avant-dernier épisode hier soir, j'ai vraiment eu du mal au début. Mais c'est tellement parti en sucette niveau scénario que j'en ai oublié les dessins à mon goût en-deça de ceux de certains autres épisodes pour me marrer à nouveau comme une baleine. C'est à mon sens une des grandes forces de la série, où l'on oublie parfois complètement ce qu'on voit pour ce que l'on comprend : je n'en avais plus rien à faire que l'épisode me semblait au début plus moche que les autres tellement il était génial.

D'ailleurs, j'ai réalisé qu'il avait été scénarisé par la même personne qui était derrière le troisième épisode (oui, oui, je mets même des arrêts sur image quand le générique va trop vite parfois). Bizzarement, ce sont les deux où j'ai compris et reconnu un max de références : soit il y en a plus que dans les autres, soit elles me parlent plus, je n'en sais rien, mais ils étaient vraiment incroyables. Sans doute les deux épisodes qui partaient le plus dans le grand n'importe quoi, mais pas n'importe comment! (oui, parce que faire glisser la Lady Miyako d'Akira sur le toit d'un immeuble tranformé en Titanic hollywoodien, ça ne se fait pas comme ça et il faut y penser!).

 

 

La série est par moment aussi assez sérieuse, avec des passages plutôt tristes. C'est également très bien réalisé dans ces moments là, et pourtant ça tranche radicalement avec le ton plutôt léger de la série.

 

Pour résumer, Abenobashi, c'est très drôle, déjanté, varié, ça fourmille de références et tout ça est bien fichu!

A voir absolument, et si le départ vous semble un peu mou, patientez jusqu'au troisième épisode...

 

Là, je réalise que les images choisies peuvent induire en erreur ceux qui ne liront pas l'article...

Culotte -> Poitrine -> Garçon nu    !!! NON CE N'EST PAS DU HENTAI!!

Bon je les laisse, je trouve ça plutôt rigolo :)

 

Ah, j'allais oublié (parce que là, je suis censé bosser ma pharmaco-cinétique), Abenobashi m'a réconcilié avec les génériques de séries animées japonaises, avec lesquelles j'ai généralement du mal! Ca ne vous intéresse pas, mais pour moi, c'est important!

 

A bientôt! (Et merci aux 2/3 irréductibles qui passent régulièrement sur ce blog sans y trouver de nouvel article, ca fait plaisir!)

 

EDIT : Bon désolé pour le bug images à ceux qui y ont eu droit, je me suis fait avoir par Google Images et des sites qui protègent leurs images (ca va, restent les deux plus importantes :p ).

Je modifie ça sous peu en faisant bien attention!

Publié dans Japanimation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article