Le Samouraï Virtuel

Publié le par Wintermute

Parmi les grands mystères de la vie, il y a celui des traductions de titres de livres ou films en français.

Au lieu de conserver humblement le titre de l'oeuver en version originale (à la limite en donner une vraie traduction à côté ou laisser les curieux se renseigner par eux-mêmes), en France, nous avons droit à de sublimes adaptations.

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51QSBRFFWZL._SS500_.jpg

 

Le Samouraï Virtuel ou Snow Crash en VO, fait partie de ces malheureux.

Alors que le titre est largement expliqué dans le bouquin (et fait référence à un plantage informatique), hé bien il a fallu le modifier en Samouraï Virtuel pour nous autres, pauvres français incapables de nous ouvrir aux langues étrangères.

Je constate néanmoins que cette pratique ne date pas d'hier, puisque nous avons ici affaire à un bouquin de Neal Stephanson (l'auteur de L'Âge de Diamant, dont je ne peux également que vous recommander la lecture) écrit en 1992.

 

A l'époque, j'avais trois ans. Mon édition date de 1996, mais dur, quand on vient juste d'apprendre à lire, d'aimer le cyberpunk. Voire même de savoir qu'on aimera ça quinze ans plus tard. Ou encore de savoir tout simplement ce qu'est le cyberpunk.

Si j'écris tout ça, c'est d'une pour que vous sachiez que Snow Crash hé bien, c'est du cyberpunk (si, si!), et de deux pour vous dire que ça faisait un petit bout de temps que je voulais le lire celui-ci!

Mais le livre n'a visiblement pas été réédité depuis, aussi j'ai juste réussi à me le procurer cet été, d'occasion (ce que j'aime le quartier latin!). J'en avais bien vus un ou deux sur le web, mais je ne suis pas prêt à mettre 20€ dans un livre de poche d'occasion...

 

J'ai adoré. Comme ça, c'est dit, je peux développer!

 

 

Hiro Protagoniste est un hackeur. Il a participé à la création du Métavers, une sorte d'internet où l'on se déplace via un avatar en 3D. On y trouve un grand boulevard central, désormais surchargé de publicités depuis que le métavers s'est "démocratisé" (l'auteur prend bien la peine de nous expliquer que pour y accéder, il faut : savoir qu'il existe, en avoir l'envie, et avoir les moyens de se payer un ordinateur : c'est ce que j'aime chez Neal Stephanson, rien n'est laissé au hasard, tout a une origine, tout est crédible).

Difficile de s'y déplacer désormais, car si l'on peut passer à travers les autres avatars, on ne traverse pas la pub.

Tout autour, des bâtiments, des espaces où chacun peut avoir son propre espace.

Hiro se balade dans le métavers armé de deux sabres japonais.

 

Voilà, c'est merveilleux, ce fait justifie à lui seul l'adaptation du titre du bouquin.

 

Dans la vraie vie (IRL comme on dit par chez nous), Hiro est livreur de pizza, et il trimballe également avec lui deux sabres japonais (mais, mais, serait-il plus qu'un samouraï virtuel?).

Il bosse pour le compte de la mafia, dirigée par le très charismatique tonton Enzo.

Hiro excelle autant dans le maniement du sabre que dans la livraison de pizzas.

 

Y.T, une adolescente de quinze ans, est kourière. Equipée de la tête au pieds, munie de son skate dernier cri, elle effectue des livraisons, en se "ponnant" aux bagnoles qu'elle croise sur sa route et qui sont susceptibles de l'aider dans sa course (la manouvre consiste à envoyer un gros aimant se fixer à leur carrosserie et à se laisser tirer).

 

Un soir, elle ponne le véhicule d'Hiro, à qui on vient de refiler une pizza empoisonnée dont la commande date de vingt minutes. Hé oui, tonton Enzo garantit que ses pizzas sont livrées au maximum trente minutes après commande : au livreur de se débrouiller pour qu'il n'ait pas à se déplacer personnellement présenter ses excuses (tonton Enzo ne fait pas les choses à moitié).

Ces deux là ne se doutent pas qu'ils vont bientôt bosser ensemble sur une sale affaire. Son nom? Snow Crash.

(franchement, c'était vraiment la peine de changer le titre?)

Une drogue d'un nouveau genre, qui vous arrache le cerveau aussi bien IRL que dans le métavers.

 

Stephanson nous embarque très vite dans une histoire à la fois déjantée et plutôt complexe.

 

L' univers dépeint est complètement fou. Les Etats-Unis ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes, le gouvernement  transparent devant le nouveau Hong-Kong de Mr.Lee, la Mafia (qui n'a jamais présenté un visage aussi attirant!) ou les autres cités-états sous la coupe de grandes entreprises, seuls endroits où l'on peut vivre en paix.

Je passe sur les avancées technologiques, le métavers, les camés vraiment HS et les méchants vraiment méchants (surtout un, vraiment taré), il y aurait trop à décrire (et puis bon, je ne vais pas vous refaire tout le bouquin, débrouillez-vous pour vous le procurer!).

 

L'histoire, d'une manière surprenante, prend ses racines directement dans l'Histoire, très ancienne ou moderne, remontant plus loin que Babylone pour aller jusqu'aux essais nucléaires au vingtième siècle.

 

J'ai vraiment pris mon pied au moment où les explications et les théories commençaient à affluer.

La recette? Prenez : le développement du cerveau humain en parallèle à celui du langage, des virus informatiques, des virus biologiques, l'apparition du langage historiquement, ses ramifications avec la religion (Babel et autres mythes de la genèse), l'histoire très ancienne de la Mésopotamie, de la Sumérie, leurs mythologies propres, et je crois que c'est à peu près tout.

Mettez tout ça dans un shaker et secouez bien fort. Ouvrez, servez, dégustez (attention, il faut suivre! Laissez le Snow Crash aux ordinateurs! ).

 

Pour être honnête, il y a un moment où j'ai crû m'y perdre... En fait, c'était tellement passionnant que j'ai accéléré ma vitesse de lecture pour parcourir le plus vite possible toutes les infos que j'avais sous les yeux, pas forcément l'idéal pour les assimiler. En fait, je m'en suis sorti, mais je serai bien incapable de ré-expliquer tout ceci par moi-même, c'est vraiment complexe. Mais qu'est-ce que c'est passionnant (oui, je sais, je me répète!).

 

 

Bref, à lire absolument, autant pour l'histoire et son côté cyberpunk que pour l'Histoire dans l'histoire, qui à coup sûr, vous donnera envie de vous renseigner sur les sujets abordés (oui, mais par où commencer?). Réellement surprenant pour un bouquin de SF, mais mon dieu, qu'est-ce que c'était intéressant!

 

 

 

(En tout cas, ça m'a fait bien plaisir de blogguer un nouveau petit billet! Il faut vraiment que je me force à être plus régulier! Parce que j'ai eu le temps de découvrir plein de choses pendant mes longues vacances qui plus est...

Dont le fabuleux Osamu Tezuka's Metropolis, mais lui, il faudrait que je le revois deux ou trois fois au moins avant d'oser écrire quelque chose à son sujet... Voir la version noir et blanc de Fritz Lang pourrait être une bonne chose aussi!).

Publié dans Livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Ileca 15/09/2011 15:28


Snow Crash a été réédité sous le nom, non pas de Samouraï Virtuel mais de... Snow Crash. (Personnellement, je trouve que le refus de traduire est aussi pitoyable qu'une traduction marketing, enfin,
Gerard Klein objecte le contraire.)
C'est chez Bragelonne avec une superbe couverture de samouraï à bonnet. Je me rappelle d'un certain éditeur (le même) tirant la gueule à l'époque de cette réédition.


Wintermute 16/09/2011 18:30



Ah, je l'ai raté alors...
Honte sur moi!
Merci pour la précision!


(Et juste au cas où, j'ai rien contre les traductions des titres hein, je trouve ça même très bien quand c'est bien fait...)